Tokyo : Le voyage

 

Il me semblait bien qu’il y avait de longues semaines que je n’avais rien écrit sur ce blog… et finalement, c’est encore pire que je le pensais ! Je vais donc tâcher de trouver le temps d’être un peu plus productive, mais je ne promets rien 😉 Je vais consacrer mes prochains articles à vous narrer le fabuleux voyage au Japon que j’ai eu la chance de réaliser l’été dernier.

Quartier d'Asakusa
Quartier d’Asakusa

Tout d’abord le contexte !

Je suis une grande amoureuse de ce pays, de sa culture, de son peuple, depuis de très nombreuses années. Depuis 10 ans, il ne se passe pas un mois sans que je ne me dise qu’il faut vraiment que j’y aille « enfin ». Mais chacun de vous sait comment est la vie… On a des envies, des passions, au bout desquelles on ne va pas toujours, par manque de temps, de moyens, ou simplement parce que l’on n’ose pas. Le Japon est une destination relativement onéreuse, principalement le trajet en lui même. Car, je reviendrai sur ce point plus bas, les a priori d’une terre qui va ruiner votre portefeuille ne sont pas toujours véridiques.

Tout s’est déclenché par l’un des coups de tête dont je suis familière.

Pour vous narrer l’histoire en quelques mots, il était tout d’abord question que nous (une amie très chère et moi-même) allions en Chine voir un ami commun. La réalisation de ce voyage s’est avérée compliquée, entre autres pour cause de complexité d’obtention de visa et surtout parce que notre ami n’était pas disponible au moment où l’on pouvait toutes deux s’y rendre. J’ai donc, comme souvent dans l’année, profité de cette occasion pour regarder les billets d’avion pour Tokyo. Et je suis tombée sur une opportunité que j’ai estimée merveilleusement dorée à cet instant : un aller/retour en plein mois d’août (= pleine saison = prix exorbitants en général) de Paris vers Tokyo à 600€ frais de dossier & cie compris. Je n’ai pas tourné cela en boucle plus de 2 minutes et j’ai pris mes billets. J’ai appelé mon amie en lui expliquant la « folie » que je venais de commettre et en lui proposant de m’accompagner. Dans les deux jours qui suivirent elle avait également son billet.

Je ne regrette absolument pas ma « folie » de l’instant.
Ce voyage était absolument fantastique

Tokyo
Tokyo

Récit de voyage au Japon tome 1 : Le voyage

Je consacre ce premier tome d’une série qui sera sans doute longue, au voyage et au logement que nous avons occupé durant notre séjour. Cela, je l’espère, aidera peut être certains d’entre vous et vous encouragera à franchir le pas que j’ai moi même franchi.


L’avion : prenez vos billets très à l’avance

En route !
En route !

Comme je l’explique plus haut, il est parfaitement possible de trouver des billets d’avion raisonnables.

Le fait est que plus vous les prendrez tôt, moins vous les paierez chers. Nous avons pris nos billets en novembre 2011 pour août 2012. Il n’est pas forcément évident pour tout le monde de programmer un voyage presque 1 an à l’avance, j’en ai bien conscience. Mais si comme moi, l’endroit dans lequel vous travaillez possède des dates de fermeture annuelle, cela vous permet de planifier très en amont votre voyage.

Nous sommes parties de Paris (CDG) via la compagnie aérienne russe Aéroflot.

Quand j’ai parlé de cette compagnie à certains amis travaillant dans l’aéronautique, ils ont presque tous hurlé au scandale, me demandant comment diantre j’avais pu choisir une telle compagnie. Je n’avais jamais entendu parler d’elle avant, mais après quelques recherches j’ai appris qu’il s’agissait de l’équivalent d’Air France en Russie.

Et le fait est que, malgré les mises en garde et craintes de mon entourage, le voyage s’est extrêmement bien passé. La nourriture à bord est excellente, il n’y a eu aucun retard. Tout s’est parfaitement déroulé du décollage jusqu’à l’atterrissage.

Notre vol a duré 15h35, durée qui fait partie des plus courtes de Paris vers Tokyo. Nous avons fait escale à Moscou puis changé d’avion direction Tokyo.

Si vous prenez un long courrier, quelle que soit votre destination, je vous conseille, dans la mesure du possible, de choisir un avion qui vous fait arriver en début de journée dans le pays concerné.

Le décalage horaire en asie est très important (7h ou 8h de plus selon si vous partez en hiver ou en été pour Tokyo). On ne réagit pas tous de la même manière face au décalage horaire. Mais le fait est que vous allez forcément arriver fatigué. Il est préférable, même si la 1ère journée se passe au ralenti, de bouger, d’aller manger un morceau, de passer à votre hôtel prendre une douche puis de ressortir, car votre organisme va être perturbé par ce changement d’heure.

Dans un avion, s’il est possible de dormir, ça ne sera jamais un sommeil reposant et réparateur à l’égal d’un bon lit douillé. Fatiguez-vous une bonne fois pour toute lorsque vous arrivez. Vous dormirez comme un bébé la nuit suivante et il y a de grandes chances pour que vous vous réveilliez frais et dispo le lendemain, sans que votre corps ne subisse trop les effets du décalage.

L’hôtel : j’ai un plan d’enfer pour vous !

Ne le cachons pas, le logement peut vite s’avérer très onéreux au Japon. Mais il est tout à fait possible de trouver un endroit sympa et agréable sans débourser trop d’argent. J’en ai justement un parfait pour vous !

Juyoh Hôtel
Juyoh Hôtel

Le Japon regorge de Guest House (littéralement « maison d’invités »), qui sont très peu populaires en France, ce qui est bien dommage. Car c’est vraiment le moyen de se loger à moindre coût, quelque soit votre âge.

Le principe est simple. Si vous avez un très petit budget (aux alentours de 15/20€ par jour pour la chambre) vous pouvez opter pour le dortoir. Si vous avez un peu plus d’argent et souhaitez conserver votre intimité, ces hôtels proposent également des chambres single et double.

Toutes les autres parties sont communes. Ainsi vous aurez à disposition une cuisine, un ou plusieurs lieux de vie communs comme un salon et/ou une salle de jeu avec télévision et ordinateurs mis à disposition, les douches et toilettes.

Si vos poils se dressent en lisant douches et toilettes communes, je vous rassure tout de suite ! Rappelez-vous, nous parlons du Japon, le pays le plus propre et le plus sécurisé du monde. Les douches et les toilettes sont nettoyées plusieurs fois par jour, et concernant notre hôtel (et vous avez à faire à deux nanas assez à cheval sur l’hygiène qui vous le disent !) nous n’avons jamais eu une remarque à faire sur ce point (ni sur d’autres d’ailleurs).

Juyoh hôtel (en français)

Notons d’abord le prix totalement dérisoire lorsqu’on parle d’un hôtel en plein Tokyo, à 10 minutes du métro Minami-Senju (qui fait le lien avec beaucoup d’autres lignes de métro et de train) et à environ 15 minutes à pied de l’un des plus beaux quartiers historiques de Tokyo : Asakusa. Nous avons opté pour une chambre double traditionnelle, c’est à dire avec tatamis au sol, futons pour les lits, à 50€ pour nous deux par nuit !

Trouvez-moi la même chose à Paris et je m’inclinerai bien bas.

Pour ce prix là, outre les parties communes déjà suscitées (toilettes, 2 cabinets de douche et 1 salle de bain avec plusieurs lavabos et miroirs à chaque étage du bâtiment), vous avez droit à une jolie chambre relativement spacieuse, des étagères pour entreposer vos menues affaires, un réfrigérateur, une télé, et évidemment la CLIM ! Si vous partez à Tokyo en juillet ou en août, croyez-moi, même si vous êtes réfractaire de base, vous idolâtrerez la clim bien vite (en moyenne 43° ressentis pour 80% d’humidité). Point non négligeable pour le geek qui sommeille en chacun de nous, une connexion internet vous est gracieusement offerte à chaque étage !

Aux alentours du Juyoh Hotel
Aux alentours du Juyoh Hotel

L’équipe est bilingue anglais/japonais et est extrêmement sympathique. Jamais avares de conseils, de bons plans ou d’indications, ils sont toujours à votre écoute avec une patience toute japonaise.

A noter également que cet hôtel possède un service de nettoyage en libre service, avec plusieurs machines à laver à pièces et des sèches linge. Egalement, ce que j’ai trouvé juste génial (oui je suis contente pour un rien, je vous l’accorde) c’est les produits mis à disposition dans les douches. Gel douche, shampoing et même après shampoing pour ces demoiselles, sont de très bonne qualité et renouvelés très souvent.

Dans votre chambre vous trouverez un yukata (kimono d’été léger, souvent utilisé pour dormir) et des serviettes de bain. L’équipe de ménage nettoie votre chambre de fond en comble un jour sur deux et change également vos serviettes et yukata sur le même timing.

Bref, vous l’aurez compris, cet hôtel est un petit bijou en plein centre de Tokyo

Qui plus est vous pourrez payer en plusieurs fois. Car à moins que vous ne soyez Crésus (auquel cas j’en suis ravie pour vous), je vous conseille d’étaler vos dépenses japonaises autant que possible. Pour l’avion, à moins d’avoir la carte Cofinoga d’Opodo ou de passer par Asia et Nouvelles frontières (mais vous paierez vos billets d’avion plus chers), vous devrez payer votre aller/retour en une fois. Déjà, rien que ça, ça fait quand même un peu mal à la carte de crédit sur le coup !

Prévoir votre voyage à l’avance vous permettra d’étaler vos dépenses. Le Juyoh accepte les paiements via Paypal. Ainsi nous avons acheté nos billets d’avion en novembre, et payé notre hôtel en 3 fois (avril, mai, juin) sans surcoût.

Résultat, vous avez un peu de temps pour prévoir l’argent que vous emmènerez au Japon, et lorsque vous y serez vous n’aurez plus à vous encombrer de l’hôtel que vous aurez déjà réglé.

Que demande le peuple !

Rendez-vous sur Hellocoton !

One thought on “Tokyo : Le voyage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *