Live Report / Anna Calvi à Bordeaux

crédit photo Annacalvi.com
crédit photo Annacalvi.com

Concert donné le mardi 19 avril 2011 au Rocher de Palmer à Cenon (33)

Anna Calvi… on aime ou on n’aime pas, mais elle ne laissera personne indifférent

A l’entrée en scène trois artistes : Anna Calvi, chemisette de soie rouge à man ches courtes bouffantes, cheveux  tirés en un chignon bas, sa guitare portée haut sur le ventre, Mally Harpaz aux harmonies et percussions, petite blonde aux cheveux longs qui tombent lourdement sur son visage comme sur celui d’une adolescente et un Daniel Maiden-Wood par moments survolté derrière sa batterie. Le paysage est posé.

Malgré la réputation qui la précède (les Inrocks la présente comme une « révélation ») et ayant choisi de n’écouter que peu sa musique avant le concert, je n’accroche pas directement. Je ne suis pas conquise dès les premières notes, mais étrangement une alchimie s’opère malgré tout.

Cette Anna Calvi a quelque chose d’hypnotique. Ses cheveux tirés sur un visage carré, des lèvres fines recouvertes d’un épais rouge carmin, un regard perçant. Physiquement elle attire forcément l’oeil, à la manière de ces danseuses de flamenco énigmatiques qui vous entraînent dans leur danse par de secs mouvements d’éventails ou un claquement subit de castagnettes. L’attirance se fait en premier lieu par une incontestable présence scénique.

Dès les premières notes de guitare, on la sent virtuose. Son instrument elle le maîtrise à la perfection, capable d’en sortir des mélodies qui touchent et d’une technicité à en pâlir. Si l’on ferme les yeux, parfois, se prend on à douter. Joue-t-elle de la guitare, de la harpe ou du banjo ? Son jeu est fluide, technique sans simplement se cantonner à de la technique « pure et dure » sans rien d’autre derrière comme cela est parfois le cas avec certains musiciens. Vous avez sans doute déjà eu cette impression : il joue bien oui… mais je ne ressens rien. Ce n’est pas ce qui se produit avec Anna Calvi. Elle joue merveilleusement bien et sa musique fonctionne à tous points de vue.

Les mélodies sont intelligentes, les harmonies que gère Mally sont soigneusement distillées tout en étant pour le moins présentes, sans qu’elles n’occultent la voix, la guitare ou la batterie. Elles complètent efficacement l’ambiance des mélodies sans les surcharger.

Il paraît que l’artiste a longtemps travaillé sa voix, n’étant au départ pas satisfaite de son timbre. A en croire les premières notes qui s’échappent de ses lèvres, le travail qu’elle a mené sur elle même est plus qu’une réussite. Capable de passer de la douceur fluide d’une soprano au timbre plus sombre, voire envoûtant, d’une alto, Anna possède indéniablement une voix qui ne laissera pas indifférent. Certains retrouveront peut être, comme ce fut mon cas, un petit côté à la Catherine Ringer des Rita Mitsouko.

En conclusion je dirai qu’Anna Calvi est réellement une artiste « entière ». Sa présence scénique, le charisme qu’elle développe dans ses « live », la maîtrise de son instrument, sa voix, en font une artiste accomplie et brillante.

Si vous avez l’occasion d’aller la voir en concert, ne la ratez pas. Vous accrocherez ou peut être pas, mais il est peu probable que vous repartiez déçus.

Retrouvez et écoutez Anna Calvi

AnnaBlackout100

1ère partie Milkymee – Un joli brin de voix, mais il manque quelque chose…

Milkymee est une artiste française, une petite brune aux airs d’adolescente un peu débraillée qui pénètre sur la scène avec sa guitare et les cheveux en bataille. Parfaitement bilingue, Milkymee choisit de nous présenter des créations (elle compose, écrit et chante) uniquement en anglais. Ce n’est pas un mal a priori, mais on aurait aimé l’entendre chanter également en français. Car si son timbre de voix chaud, légèrement cassé par moments, s’accorde à la langue anglaise, la ressentir plus proche de sa langue natale aurait été intéressant, ne serait-ce que pour voir la manière dont elle aurait « lyriquement » abordé la langue.

Si sa guitare a été sa compagne de scène durant toute cette première partie, la technique et les sentiments ne sont pas vraiment aux rendez-vous. Un joli brin de voix qui, personnellement, m’était agréable et que j’ai apprécié. Mais Milkymee m’a laissé un sentiment d’inachevé, de non accompli. Il manque quelque chose.

Certaines de ses mélodies « fonctionnent » mais globalement la voix est de meilleure qualité que les mélodies qui paraissent souvent un peu simplistes, manquant de profondeur ou du « petit plus » qui fait qu’on accroche totalement à une chanson. En conclusion une belle voix, un timbre qui touche, une artiste qui a un potentiel certain. Mais les mélodies… ne m’ont pas laissé un souvenir imperturbable.

Pour découvrir l’univers de Milkymee et écouter sa musique :

http://milkymee.com/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *