Poux des chevaux : l’huile de Neem, remède magique et naturel

 
Sun Irish Cob (Sun&Jul) ©aHina
Sun Irish Cob (Sun&Jul) ©aHina

Les poux des chevaux, que faire ?

En soi, un cheval qui a attrapé des poux, ce n’est pas la catastrophe inter-planétaire qui nécessite d’appeler le vétérinaire de toute urgence.

Malgré cela, les poux restent des parasites qui peuvent poser des problèmes d’irritations et qui, dans tout les cas, restent particulièrement inconfortables pour nos compagnons à sabots.

Quelques petites choses à savoir sur les poux des chevaux

Je ne suis pas une experte en la matière, si vous souhaitez rentrer plus profondément dans le sujet, vous trouverez de nombreux articles sur le sujet sur internet, notamment avec cet article de l’ESCCAP (European Scientific Counsel Companion Animal Parasites) qui est très bien fait, ainsi que l’article de l’IFCE (Institut Français du Cheval et de l’Equitation). Je souhaite simplement expliquer les bases concernant ces fameux poux de chevaux, après avoir vérifié que mes informations étaient exactes.

Tout d’abord, sachez que les poux des chevaux ne sont pas transmissibles à l’homme ni à d’autres animaux. Les poux des chevaux restent sur les chevaux (ce qui nous embête déjà assez comme ça, ceci étant). Cependant ils peuvent se servir de vous comme d’un mini-bus et se balader d’un endroit à un autre en contaminant d’autres chevaux.

Il existe deux types de poux : les broyeurs (qui grignotent l’épiderme du cheval) et les piqueurs (qui sucent le sang). Que ce soit l’un ou l’autre, notre remède de grand-mère va s’occuper de ces sales bestioles !

Le Butox, remède miracle pour les uns, fléau toxique pour les autres

Certains vétérinaires, éleveurs, comme propriétaires de chevaux ou n’importe quel autre « acteur » du monde équestre, vous recommanderont peut être le butox. Heureusement, tout le monde n’a pas recours à ce produit et, personnellement, je vous le déconseille fortement.

  1. Le butox n’a pas d’autorisation de mise sur le marché pour le cheval en France (ce qui n’empêche nullement certains vétérinaires d’en conseiller !),
  2. Le butox est toxique pour les abeilles, les organismes aquatiques (poissons, végétaux…), contamine l’eau (donc les nappes phréatiques…) et la terre,
  3. Le butox n’étant pas autorisé pour une application équine, il n’y a donc aucune étude sur l’impact de ce produit sur nos compagnons.

Les points 1 et 2 sont aisément vérifiables, le 1er via des organismes de santé d’état, le second sur les notices du produit lui-même.

Alors il est certain que ça marche super bien, une goutte et POUF tous les insectes meurent à vue d’oeil. Mais au risque de paraître un peu psychorigide…. un produit qui tue les abeilles et ne doit pas être en contact avec le sol par temps pluvieux sous peine de contamination, je n’utilise pas ça sur mon cheval !

 

Margousier ©DR
Margousier ©DR

Une alternative naturelle, sans risque pour l’environnement ou le cheval

L’huile de Neem vous connaissez ? Jusqu’à il y a peu, moi non plus !

C’est en demandant des remèdes de grand-mère « testés et approuvés » sur un groupe Facebook, qu’une propriétaire m’a donné cette astuce. Et, ma foi, je dois dire que ça marche super bien !

L’huile de Neem est extraite des graines du Margousier qui pousse en Inde. On n’est pas au top niveau bilan carbone… mais au moins on ne détruit pas l’arbre.
Elle est utilisée depuis des générations et des générations dans les soins ayurvédiques, en agriculture et avec les animaux.

La recette est toute simple.

Dans un vaporisateur vous mettez 5/6% d’huile de Neem et le reste en eau.

C’est tout !

Par exemple, pour ma lotion d’1 litre, j’ai mis 50ml d’huile de Neem dans 950 ml d’eau.

Sur le net, vous trouverez des recommandations qui indiquent 20% maximum de la préparation finale (l’huile de Neem est très concentrée). Personnellement avec 5/6% ça a largement suffit pour l’éradication des poux de chevaux.

Vous brossez bien le loulou, un bon gros pansage ! Puis vous secouez le mélange pour que l’huile de Neem ne fasse pas bloc (elle se solidifie en-dessous de 25°) et vous vaporisez partout sur le cheval en insistant bien sur la racine des crins (pour tuer les lentes et les oeufs de poux).

J’ai réitéré l’opération à 2/3 jours d’intervalle à 3 reprises. A la 2ème application je n’ai plus trouvé de bestioles. Mais cela dépend aussi du niveau d’infestation de votre compagnon… Sun n’en avait pas beaucoup.

Les avantages de l’huile de Neem

Dans un premier temps, l’avantage évident est que c’est naturel. De l’huile et de l’eau, que demander de plus…

Choisissez une huile de Neem de qualité. La fiche technique doit mentionner que l’huile est vierge, de première pression à froid, sans solvant ni produit chimique et 100% pure et naturelle (sans additif d’on ne sait quoi, donc). Personnellement, celle d’Aroma-zone me convient et a très bien marché. Mais d’autres enseignes en proposent, vous en trouverez facilement sur le web.

L’Huile de Neem est un bon répulsif (il servira donc à éloigner les autres insectes en plus des vilains poux), possède un pouvoir nourrissant très important (j’ai vu la différence sur la crinière de mon loulou notamment, même si à la base ça n’était pas le but haha). Et, en prime, il va réduire la population des nuisibles, comme les poux, les tiques et autres bestioles du genre. Pourquoi ? Parce qu’en piquant un animal couvert d’huile de Neem, l’insecte en ingère forcément. Le Neem a ce pouvoir de détruire le système reproducteur de l’insecte et de le rendre complètement apathique. Il va se laisser mourir de faim, plongé dans un état second, et mourir de sa belle mort.

Autre avantage, et non des moindres, l’huile de Neem n’a pas de contre-indications. Elle n’est pas photosensibilisante*, ne pose pas de souci si l’animal se lèche, uniquement si vous avez fait attention au dosage. Car l’huile de Neem étant toutefois toxique par voie orale, allez-y mollo en nombre d’applications et en quantité, si l’animal peut accéder aux zones traitées (raison pour laquelle j’ai suivi le conseil du 5/6% maximum).

L’huile de Neem a cependant deux inconvénients. D’abord ça ne sent pas très bon… comme une vinaigrette de salade…. même très diluée. Puis elle n’aime pas la lumière. Veillez à ce que votre vaporisateur soit anti-uv ou en plastique coloré opaque.

*risque de brûlures en s’exposant aux soleils ou rayons uv

Huile de Neem ©Aroma-Zone
Huile de Neem ©Aroma-Zone

Naturel et économique

Avec 1 litre de produit j’ai fait 4 applications et il m’en reste encore de quoi en faire 1 voir 2 de plus… A 4.20€ les 100ml sur Aroma-zone, vous pouvez faire deux préparations d’un litre chacune.

Mettons que vous fassiez 6 applications par vaporisateur, ça vous revient à peu près à 35 cts le flacon d’un litre… contre 20 à 35€ les 250 ml de butox, sans compter ce qu’il provoque sur l’environnement comme expliqué plus haut. Alors… comment dire que le choix est vite fait !

Et pour les autres types de poux ?

Et bien figurez-vous que l’huile de Neem lutte également contre les poux des humains et les parasites externes des autres animaux. On la préconise comme répulsif pour nos amis à coussinets comme les chiens et les chats notamment. Je n’ai pas testé mais compte le faire prochainement, je vous dirai ! Mais d’ici là, si vous testez de votre côté, n’hésitez pas à me faire un retour 😉

Gardez juste en tête de ne pas dépasser la dose de 20% d’huile de Neem par préparation pour les bipèdes et de descendre un peu ce chiffre pour les quadrupèdes.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *