Entre rêve et réalité ¤ Chapitre 3

Canal Dotonbori à Osaka ©aHina
Canal Dotonbori à Osaka ©aHina

Précédemment -> Chapitre 2

¤ Chapitre 3 ¤

Environ 2 jours de voyage pour 3 semaines de séjour.

J’ai prévu de partir plus longtemps cette fois. Mon premier voyage aura duré une dizaine de jours et j’y étais allée avec une (ex) amie (longue histoire, passons…). J’avais pris conseil auprès de mes amis japonais et expatriés. Leur réponse avait été unanime : Tokyo méritait largement qu’on lui accorde pleinement ces 10 jours. Dans une ville, capitale de surcroit, 5 fois plus grande que Paris, imaginez qu’il y a de quoi faire…!

Nous avions donc consacré tout notre temps à arpenter la capitale nippone, avec une très agréable petite escapade du côté du Mont Fuji. Et si cette aventure est fermement ancrée parmi les souvenirs mémorables que je conserve précieusement, je suis restée sur ma faim.

Il parait ; enfin… certains disent que c’est un obstacle, voire une tare, que de trop aimer quelqu’un ou quelque chose. En l’occurrence peut-être est-ce cela qui m’a poussée à partir 3 semaines. J’aime trop ce pays, 10 jours ça n’est pas assez. Je crois même… que si j’avais pu partir plus longtemps, il est probable que je l’aurais fait.

Depuis l’aéroport du Kansai, je rejoins la vaste ville d’Osaka en à peine 30/40 minutes de train. C’est pratique et plutôt abordable. Ce qui n’est pas peu dire dans un pays où les transports en commun sont bien souvent hors de prix.

Première impression : étrange ville que celle-ci !

Au Japon tout est en ordre, tout est propre. Osaka est bordélique, c’est la foire d’empoigne. De paroles de japonais avec qui j’ai abordé le sujet, revient souvent une vision des habitants de cette ville qui me surprend assez, encore aujourd’hui : « Les étrangers sont plus japonais que les citoyens d’Osaka ». Hum…
Ceci étant, c’est vrai que la ville est plutôt cosmopolite. Il y a des chinois partout (pour ne citer qu’eux) ! C’est presque si la ville ne donne pas l’impression d’être une annexe de la Chine.

Il parait que les touristes français ont une sale réputation dans la plupart des pays qu’ils visitent. On dit que nous sommes impolis, voire grossiers, trop exigeants, désagréables et sans cesse en train de râler. Sur les autres points je ne saurais dire, j’aime à croire que cela dépend des gens et n’est pas une généralité. Pour ce qui du dernier, je n’en doute pas un seul instant ! Ceci étant… de nous ou des chinois, je me demande quand même si ceux-ci ne nous battent pas à plates coutures en termes de mauvais touristes. Et pourquoi ne pas établir le palmarès des touristes les plus infâmes ? Sympa comme idée non ?

Suite -> Chapitre 4

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 thoughts on “Entre rêve et réalité ¤ Chapitre 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *